Tous les articles par SainteFoyAVENIR

Nous vous invitons à l’Assemblée générale de SainteFoyAVENIR le 24 septembre à 19 h 30

Notez dans vos agendas la perspective de ce moment de retrouvailles et d’échanges

Assemblée générale de SainteFoyAVENIR — jeudi 24 septembre à 19 h 30 — Espace culturel Jean Salles — 20 Rue Châtelain — 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon
Hélène Dromain et Fabien Bagnon

C’est de 20 h à 21 h que nous accueillerons :

Hélène Dromain élue métropolitaine de la circonscription ouest, Vice-présidente au Tourisme et à la Coopération européenne et internationale (habitant Francheville)

Fabien Bagnon élu Métropolitain Vice-Président à la Voirie et aux Mobilités actives (Habitant de Saint-Genis-Laval)

Cet échange sera suivi de l’Assemblée générale avec le rapport moral et d’activités, le bilan financier, le renouvellement du Conseil d’administration, et les perspectives pour l’année.

Vous espérant nombreuses et nombreux pour cette AG, je vous adresse mes très sincères salutations.

Monique Cosson
Présidente de SainteFoyAVENIR

Pierre Marthouret, l’indigné Fidésien du Clos du Cardinal

Voici l’intégrale de l’interview — que vous avez peut-être commencé à lire dans le premier numéro de La Feuille Fidésienne — de Pierre Marthouret dont nous avions relayé, il y a quelque temps, la lettre ouverte sur l’abattage des arbres du Clos du Cardinal à Sainte Foy-lès-Lyon.

Natif de Sainte Foy-lès-Lyon, Pierre Marthouret était bûcheron dans le Vercors. Il y a acquis une bonne connaissance des arbres. Nous avons souhaité le rencontrer après avoir lu sa Lettre ouverte suite à l’abattage des arbres du Clos du Cardinal.

Pour quelles raisons pensez-vous que l’abattage des arbres est une faute ?
Ces abattages d’arbres, qui sont des biens publics, me mettent hors de moi ! Je ne pouvais pas laisser passer. J’avais déjà écrit un courrier à la mairie après l’abattage du dernier tilleul de la place Clair Tisseur, en 2019. C’est depuis cet abattage, contre lequel j’ai protesté, que je me suis un peu plus intéressé aux affaires de la commune. Il faut savoir que sur cette place, il y avait encore cinq tilleuls au début des années 2000 et que, suite à des travaux d’aménagements, quatre sont morts en même temps. J’estime qu’il faut plus prendre soin des arbres existants : leur conservation
devrait être inscrite au cahier des charges de tout chantier public, ou privé.
Il n’y avait aucune urgence à abattre ces deux arbres du Clos du cardinal ; leurs souches l’ont montré. Le tilleul, dont j’ai compté les cernes, avait au moins 130 ans et sa souche était en parfait état. L’érable sycomore avait stoppé la progression de sa blessure ancienne (occasionnée peut-être par un véhicule) et le pourcentage de surface saine, au niveau du collet, était de 50 %. Les arbres ont des moyens de défense extraordinaires ! Ces arbres avaient résisté à toutes les tempêtes. Ils mettent en place une barrière chimique qui bloque la progression de la pourriture. Un entretien approprié aurait débarrassé le tilleul du gui qui l’envahissait. Un tilleul de 130 ans est dans sa jeunesse !
Le projet de parking au Clos du Cardinal dénaturera, de façon irrémédiable, le seul espace vert du bourg. Le plus grave, c’est qu’il n’y a aucune compensation possible. Vous supprimez des arbres centenaires, c’est irrémédiable. Ces arbres ont passé le siècle, ils ont surmonté les aléas climatiques et maintenant, ils sont acclimatés, enracinés. Ces arbres-là sont plus aptes et programmés pour résister à des conditions climatiques à venir de plus en plus défavorables. Pour penser aux générations futures, il faut laisser vieillir les arbres et stocker un maximum de carbone. Les nouveaux plantés subissent des agressions multiples : ils se retrouvent d’un seul coup placés dans un environnement hostile ; aucun peut-être n’arrivera à 100 ans !

Quel regard portez-vous sur le patrimoine arboré de notre commune ?
J’aimerais une vraie politique de préservation des arbres, ils sont trop souvent maltraités : du goudron jusqu’à la base du tronc ; on se demande comment ils peuvent recevoir l’eau du ciel ! Les éléments nutritifs sont captés par les racines ; en créant des sols étanches et en stationnant et roulant trop près des arbres, on les fragilise. Il faudrait mieux les protéger des chocs, du tassement et du piétinement ; aérer le sol pour que l’eau puisse y pénétrer, laisser les semis naturels se développer (ou végétaliser) à leurs pieds. On n’a pas d’arbres multi – centenaires dans nos parcs. Ma crainte pour ces parcs, comme Le Brûlet, c’est que leurs parties boisées ne soient pas assez importantes pour survivre au changement climatique.
C’est dur de conserver des zones boisées. Pour nous donner une chance de réussir, reproduisons une ambiance forestière ; c’est-à-dire beaucoup de tiges, une belle masse foliaire, une canopée sans trouée, une régénération naturelle ; ainsi, on abaisse la température et on limite l’évaporation des sols. Et les arbres s’entraident et se protègent.
Préservons aussi les zones humides, comme le vallon des Razes. Pour cela, il importe de sanctuariser ces milieux. On n’intervient plus, on laisse faire la nature. On entretient un sentier unique et on explique pourquoi il faut rester sur ce sentier. L’humus met au moins cent ans à se constituer. Les multiples sentes créent du piétinement, des dégâts sur les semis naturels, une asphyxie des sols. 

Depuis six ans, vous avez adopté un mode de vie basé sur la pratique du vélo pour vous déplacer, à Sainte Foy et ailleurs, vous avez des propositions pour circuler mieux en Centre-Bourg, notamment autour de la « Grande rue » ?
Le vélo est un véhicule moderne. Depuis six ans, je me déplace principalement à vélo et c’est sans regret, cela permet de me maintenir. Je ne suis pas sportif, mais en faisant du vélo je me sens plus autonome. J’ai changé mon mode de consommation en achetant plus local ; c’est une façon de lutter contre les achats massifs. Comme pour le vélo électrique, la mairie devrait proposer une prime aussi pour l’achat d’un vélo classique, neuf ou d’occasion.
La voie publique doit être partagée avec les cyclistes, qui doivent respecter le Code de la route. Pour favoriser le développement du vélo, le centre devrait être une zone 30 continue, avec un marquage clair, de la maternelle publique jusqu’à l’église. Il faudrait des panneaux vélo prioritaires plus visibles, on peut prendre l’exemple du marquage au sol à la Gravière, ce n’est pas très coûteux. Tout ce qui favorise le développement du vélo, en raccourcissant les distances, en rendant les parcours plus faciles, est un plus pour l’environnement. Le contresens autorisé, comme celui du Neyrard (zone de rencontre 20 km/h) ; c’est un vrai gain de temps et d’efforts.
Il y a un vrai problème dans le centre, sur la Grande-Rue qui, saucissonnée en trois ou quatre parties, est devenue un mixte giratoire. Cette rue devrait être piétonne, avec un seul accès central et des plots escamotables pour ses riverains et les livreurs. Madame Sarselli arbitre en faveur de l’automobile estimant que les commerces ont besoin des automobilistes pour vivre. Mais les personnes âgées, et les familles avec enfants vont y faire leurs courses, à pied ! Elles ont besoin de sécurité. Il y a déjà près de 600 places de parking à moins de cinq minutes de marche du centre !
Il faut arrêter de dire que tous les commerçants sont provoitures : ils se rendent bien compte qu’une partie de leur clientèle est à pied. Testons, expérimentons de nouvelles circulations entre les différentes rues et places pour sortir du tout voiture ! J’espère un vrai aménagement pour les vélos avec l’arrivée de « BIOCOOP ».

D’autres propositions citoyennes pour l’avenir ?
Je regrette l’abandon du ramassage des encombrants qui facilitait le « débarrassage » de pièces trop lourdes pour les personnes qui n’ont pas forcément de véhicules adaptés mais aussi permettait aux personnes qui souhaitaient récupérer des objets dont elles avaient besoin, de le faire ; c’est une vraie économie vertueuse. Il en faudrait au moins deux par an.
J’aimerais aussi une réflexion quant à l’évolution de notre consommation d’électricité qui ne cesse d’augmenter.
Et conserver absolument le cachet du Centre bourg, en protégeant l’habitat ancien.

Propos recueillis par Faïza Mihoubi et Yvette Lathuilière.

Lisez le premier numéro de La Feuille Fidésienne

Élaboré depuis le mois de juin, nous sommes heureux de vous présenter La Feuille Fidésienne, modeste pas de côté dans le petit univers des médias locaux.

Ce premier numéro de La Feuille Fidésienne (LFF) est riche de ses qualités comme de ses défauts de jeunesse. Nous souhaitons à travers cette initiative établir un lien d’information mais aussi d’échange avec le plus grand nombre de Fidésien.ne.s.
Nous souhaitons aussi nous affranchir des médias locaux qui, souvent, sont le reflet d’un seul point de vue… rarement le notre.

LFF est édité par l’association SainteFoyAVENIR. La directrice de publication est Monique Cosson qui est aussi présidente de l’association SainteFoyAVENIR. Les textes sont écrits par le comité éditorial de La Feuille Fidésienne. Les photos et illustrations sont du comité éditorial sauf mention particulière.
Nous imprimons par nos propres moyens La Feuille Fidésienne qui est tirée à 299 exemplaires. La parution de ce titre est bimensuelle (six numéros par an). La distribution est assurée par nos soins et si vous souhaitez distribuer LFF dans votre entourage, votre commerce ou votre lieu culturel ou associatif, prenez contact avec nous. 

Nous vous souhaitons une bonne lecture et surtout n’hésitez pas à nous envoyer vos réactions, commentaires et suggestions.

Le comité éditorial de La Feuille Fidésienne.

Pour télécharger le premier numéro de La Feuille Fidésienne au format PDF (448 Ko), cliquez ici ou sur la vignette ci-dessous.

Point d’étape du projet de fabrication de masques en tissus

Le projet de fabrication et de distribution gratuite de masques en tissu notamment pour les enfants a fonctionné jusqu’au 3 juillet 2020.

Les couturières bénévoles ont réalisé 270 masques enfants (15 et 17 cm) et 50 masques adultes !

Les distributions se sont déroulées au local d’Attable, avenue de Limburg à Sainte-Foy-lès-Lyon, les vendredis entre le 22 mai et le 3 juillet.

153 masques pour enfants ont été distribués et 27 masques adultes.

L’équipe de bénévoles va se retrouver vendredi 28 août au local d’Attable pour faire le point sur la situation du Covid-19 et sur le besoin de masques.

Nous vous tiendrons au courant de la suite qui pourra être donnée à ce projet.

Dans l’attente de la rentrée, nous souhaitons de belles vacances aux bénévoles qui se sont mobilisées.

Nous vous invitons à continuer à être prudent en respectant les gestes barrière et en portant le masque dans les endroits clos.

La droite ou le chaos…

… ou les derniers arguments d’un courant politique à bout de souffle

Dans plusieurs grandes villes de France, des listes écologistes ont créé la surprise en arrivant en tête au premier tour des élections municipales. Cédant à la panique, les partis conservateurs ont réagi en se livrant à un déferlement d’avertissements anxiogènes. Comme Michel Poniatowski avertissant 40 ans plus tôt que « si la gauche l’emporte, on verra les chars soviétiques place de la Concorde », la bonne vieille menace du péril rouge a repris du service.

En amalgamant vert-rouge après avoir beaucoup parlé d’écologie dans leur programme, ces partis remettent en cause les résultats démocratiques du premier tour : le fait que les électeurs dans de nombreuses villes aient préféré l’original à la copie leur est insupportable. 

Ainsi, Jean-Luc Moudenc, maire sortant toulousain (LR) qualifie Archipel Citoyen, une liste d’union des gauches menée par l’écologiste Antoine Maurice, de « forces obscures d’extrême gauche particulièrement dangereuses », tandis que François-Noël Buffet, candidat LR à la présidence de la métropole de Lyon, arrivé derrière l’écologiste Bruno Bernard, dénonce « une sorte de consortium, composé des écologistes les plus dogmatiques (…) et également de partis d’extrême gauche [constituant] un danger pour la métropole au niveau économique, social, voire même environnemental, à certains égards » (sic). Même son de cloche à Sainte-Foy-lès-Lyon, où la maire reconduite (LR) Continuer la lecture de La droite ou le chaos…

Clos du Cardinal : lettre ouverte d’un citoyen Fidésien indigné

Nous avons le plaisir de partager la lettre ouverte écrite par M. Pierre Marthouret, forestier à la retraite. Son indignation est telle qu’il a décidé d’écrire ce texte qu’il distribue (photocopies) aux citoyen.ne.s Fidésien.ne.s. Son expertise a simplement été balayée d’un revers de main par le maire de notre ville, le 11 mars dernier.

« Lettre ouverte

La destruction de deux arbres vénérables car centenaires (la souche du tilleul impeccable si vite enlevée à nos regards, témoin de sa vitalité et de son âge respectable comptant plus de 130 cernes bien visibles — une cerne = 1 an) du Clos du Cardinal que madame le maire a ordonnée, représente à mes yeux une faute. Ces biens communs devraient être protégés par la loi.

Nous avions assuré madame le maire, lors d’une réunion improvisée, le 11 mars 2020 dans ce clos, de la bonne santé de ces arbres. La feuillaison impeccable qui a suivi l’a confirmé. Structurellement et physiologiquement sains, ces arbres avaient essuyé vaillamment au fil du siècle de nombreuses intempéries et accidents.

La destruction de ces arbres a pour effet immédiat de faire perdre définitivement le caractère arboré de ce parc. Peut-être est-ce le but recherché : déprécier ce cadre naturel pour réaliser facilement ce projet de parking.

Alors que le patrimoine arboré de la commune va mal (nombreux arbres morts sur pied, malades, en souffrance) la Continuer la lecture de Clos du Cardinal : lettre ouverte d’un citoyen Fidésien indigné

Leur vraie nature en action au Clos du Cardinal…

Quelle désolation !

Clos du Cardinal, le 4 juin 2020 matin, à 7 h ….
Clos du Cardinal, le 4 juin 2020 à 13 h … le tilleul et l’érable sont encore en vie…
Clos du Cardinal, ce 4 juin 2020 à 17h30
Jardin du Clos du Cardinal, le 4 juin 2020 à 18 h

Préservons ce charmant et vital espace vert et refusons le futur parking du Clos du Cardinal !

Très prochainement une lettre ouverte et une pétition seront en ligne.

Regardez ce soir le Conseil municipal sur le Facebook de la Ville…

URGENT : Retrouvons nous le mercredi 3 juin à 17h30 au pied des arbres menacés d’abattage dans le jardin du Clos du Cardinal

Retrouvons nous tous ce jour le mercredi 3 juin à 17 h 30 au pied des arbres menacés d’abattage dans le jardin du Clos du Cardinal. Cet abattage étant programmé pour le jeudi 4 juin 2020. 
En effet, de nombreux Fidésiens et associations nous ont alertés, nous les élu.e.s de SainteFoyAVENIR — Yvette Lathuilière, Serge Replumaz, Faïza Mihoubi et Olivier Coupiac — au sujet des panneaux cloués sur deux arbres de ce charmant jardin situé derrière la résidence pour personnes âgées Beau Soleil et portant le nom du Clos du Cardinal
Panneaux cloués sauvagement annonçant un abattage futur. 
Nous nous sommes déjà réunis sur place, et la municipalité, la maire Véronique Sarselli, et sa première adjointe Pascale Bazaille, en tête nous ont longuement expliqué que l’état sanitaire de ces deux arbres justifiait leurs abattages car ils étaient condamnés.
Or, nous avons réclamé les diagnostics sanitaires de ces deux arbres réalisés en 2017 et 2019 sans succès et nous sommes persuadés que ces arbres en pleine forme ne méritent ce sort que pour la mise en œuvre d’un parking soi-disant végétalisé que la maire souhaite mettre en œuvre à la place de charmant espace vert. 
Alors oui à des travaux sur le jardin du Clos du Cardinal, mais uniquement pour la mise en valeur de cet espace vert. Et non pour abattre deux arbres pour la mis en œuvre de quelques places de parking pour satisfaire les besoins de certains commerçants locaux.

Premier conseil municipal : installation de l’exécutif

Mardi 26 mai 2020 à 19 h, salle l’Ellipse, dans le respect des mesures sanitaires, en vigueur compte tenu de l’état d’urgence sanitaire dans lequel est placé notre pays jusqu’au 10 juillet 2020, installation du nouveau conseil municipal.

Premier conseil municipal le 26 mai 2020, salle de l'Ellipse.
Premier conseil municipal le 26 mai 2020, salle de l’Ellipse.

C’est donc dans la salle de l’Ellipse aménagée en conséquence, que s’est déroulée hier l’élection, par le conseil municipal, du maire de Sainte-Foy-lès-Lyon pour la période 2020-26.
Vous lirez, ci-dessous, les interventions de Mme Yvette Lathuilière et de M. Serge Replumaz pour le groupe municipal d’opposition SainteFoyAVENIR, citoyenneté, écologie, solidarité.

L’évènement d’hier soir était moins la réélection acquise du maire sortant, mme Sarselli — réélu dans un contexte si particulier en raison de la crise du Covid-19 — que nos interventions audacieuses en regard du mutisme de son équipe.
Bien sûr, aucun débat ne pouvait s’enclencher dans ce contexte où il nous a fallu demander fermement le droit de prendre la parole qui Continuer la lecture de Premier conseil municipal : installation de l’exécutif

Sortie de confinement et réappropriation des espaces piétons

Sortie de confinement et pollution de l’air dans les espaces piétons, notamment aux abords des écoles.

Nous sommes aujourd’hui partagés entre l’impatience suscitée par la sortie du confinement et la nostalgie — qui nous gagne déjà — de cette bulle environnementale, vécue comme une vraie bouffée d’oxygène, pendant ces huit semaines. Ainsi, nous avons pu apprécier des aspects bénéfiques du confinement : comme la diminution des nuisances sonores, de la pollution de l’air, et de la réappropriation des rues par les piétons avec la jouissance de vraies zones de rencontres respectées tout en gardant nos distances.

Dans notre programme de campagne SainteFoyAVENIR, nous avions indiqué que nous souhaitions permettre la priorité aux piétons dans les différents quartiers de notre ville. Le non-respect, par certains usagers, des panneaux indiquant des zones de rencontre, où la vitesse est limitée à 20 km/h, nous consterne. Cette signalisation doit être la norme dans les secteurs où il faut faciliter les cheminements piétonniers et non une exception ! 

En effet, le plus souvent, ces rues se trouvent à proximité des écoles, et des commerces, et nous souhaitons des rues apaisées pour les enfants, les personnes âgées, ou à mobilité réduite, et plus généralement pour toute personne susceptible de vouloir se déplacer en sécurité, sur la voie publique.

Aussi, nous nous interrogeons quant à la reprise à partir du 11 mai 2020, date de la sortie du confinement.

Le Centre-bourg abrite une résidence pour personnes âgées, le Clos Beausoleil, de nombreuses familles, des commerces et trois écoles. Ses rues étaient quasi piétonnes, et particulièrement agréables, pendant le confinement. Vont-elles vite retrouver la pollution atmosphérique et le ballet incessant de nombreux véhicules aux heures de pointe ?

Ce confinement ne pourrait-il pas nous servir de déclic pour mieux appréhender les moyens de déplacement en mode actif (marche, vélo, trottinette…) ? Ne pourrions-nous pas engager une réflexion avec les riverains concernant leurs réelles attentes en matière de sécurité, de pollution, et de préservation du patrimoine de leur ville ?

Demain, nos vies seront changées pour une période, pour un moment, ou indéfiniment. il serait temps d’avoir une politique dynamique pour enfin permettre aux habitants de circuler sans la crainte de se retrouver face à face avec un véhicule trop rapide, et polluant. 

Le 14 mai, est la date de reprise de quelques classes dans les écoles (GS, CP et CM2), comment va s’organiser la circulation aux abords des écoles ? Nous savons que les parents devront déposer de façon échelonnée leurs enfants à l’école ; pour autant, viendront-ils en voiture ? Les écoles publiques sont des écoles de secteur ; ce qui n’est pas le cas des écoles privées. Une information pour inciter les personnes à venir par des modes actifs a-t-elle pu être faite en amont ? La Ville permettra-t-elle des espaces pour que les cyclistes puissent circuler et déposer leurs vélos, en toute sécurité ?

Avant une reprise plus globale en juin, dans la plupart des secteurs d’activités, nous, SainteFoyAVENIR, demandons une vraie réflexion sur nos modes de déplacements à Sainte-Foy-lès-Lyon, afin de permettre des mesures plus incitatives pour que nous soyons nombreux à utiliser le moins possible notre voiture et à pouvoir expérimenter des voies cyclables et des rues piétonnes, en toute sérénité. Parce qu’ensemble, nous avons accepté de rester confinés pour sauver des vies ; ça n’aurait pas de sens que nous oublions, en en sortant, qu’il nous faut aussi faire baisser durablement la pollution de l’air pour sauver les plus fragiles d’entre nous.