Archives par mot-clé : Serge Replumaz

Zone 30 km/h sur l’ensemble de notre commune ? (suite de l’article de LFF #2)

Retrouvez ici l’intégralité de l’article paru dans La Feuille Fidésienne #2 (novembre-décembre 2020)

Zone 30
Un questionnement sans réponse

Serge Replumaz lors du Conseil Municipal du 1er octobre 20 a proposé de passer l’ensemble des voies publiques en « ZONE 30 ». 
Pourquoi une telle proposition ?

Une zone 30 est un ensemble de voies où l’autorité communale, investie du pouvoir de police de la circulation, limite la vitesse de circulation des véhicules à 30 km/h. 

Souvent, une zone 30 comprend l’ensemble des voies réservées à la desserte locale sur un périmètre cohérent, à l’échelle d’un quartier voire d’une zone plus vaste (ex. centre-ville). Une zone 30 peut également comprendre des sections de voies avec un trafic de transit significatif lorsque la collectivité souhaite imposer la coexistence de ce trafic avec une forte fréquentation piétonne (ex. rue commerçante), la présence d’enfants (ex. abords d’établissement scolaire) la présence de personnes âgées (EHPAD, foyer logements etc) ou connecter des quartiers à la circulation apaisée.

La mise en zone 30 d’une ville dans sa totalité n’est pas une nouveauté. Metz en 2010, Nantes en 2020, Grenoble en 2016, et même 43 des 49 communes de droite comme de gauche ou écologistes de la métropole de Grenoble, ont passé le pas depuis plusieurs années. En fait, cela n’a pas de conséquence sur la vitesse moyenne qui passe de 18 à 17km/h, soit moins de 20 secondes par kilomètre. Mais on divise par SEPT le risque de décès en cas de choc et cela change le rapport à l’espace urbain.

Oullins, depuis juillet 2019, est la première commune (Maire LR) de la métropole de Lyon à avoir fait ce choix. La Maire explique que cette vitesse réduite permet de partager les espaces et de redonner toute leur place aux piétons et aux deux-roues. La rue est un espace de vie et de circulation qu’il faut partager. De plus, cette mise en place (Zone30) permet de renforcer la sécurité des piétons, notamment des enfants et des personnes à mobilité réduite.

Alors à Sainte-Foy-lès-Lyon, Madame le Maire, c’est pour quand ?

Zone 30, Pour ou Contre ?

POUR
L’apaisement de la circulation améliore la qualité de l’environnement urbain par plusieurs effets

• ESPACE PUBLIC PLUS SÛR 
Il est aussi plus lisible, et plus accessible pour les usagers les plus fragiles : les enfants, les personnes âgées, les handicapés et les personnes à mobilité réduite.

• ACCIDENTS RÉDUITS ET MOINS GRAVES

Études canadienne sur l'impact de la vitesse lors d'accident de la route en ville.
Études canadienne sur l’impact de la vitesse lors d’accident de la route en ville.

Les accidents ont des conséquences beaucoup moins graves, en particulier pour les usagers plus vulnérables (piétons, cyclistes) ; Il y a un rapport direct entre la vitesse d’un véhicule et la gravité d’un accident. Entre 30 et 50 km/h, la distance de freinage double. En réduisant la vitesse, le risque d’accident mortel décroît significativement.

• CIRCULATION PLUS FLUIDE
La différence de vitesse avec des véhicules plus lents (ex. vélos) est réduite, d’où une intégration à la circulation plus facile.

• CONSOMMATION CARBURANT RÉDUITE
Les cycles d’accélération et de décélération, principaux générateurs de surconsommation de carburant et de pollution aérienne et sonore en agglomération, sont réduits.

• SIMPLIFICATION DES RÉGIMES DE PRIORITÉ
Les distances d’arrêt réduites (de l’ordre de 10 à 20 m) permettent de simplifier les régimes de priorité aux intersections et facilitent la traversée hors passage piéton signalé, réduisant ainsi l’effet de coupure d’un quartier par une circulation rapide et dangereuse.

• CONVIVIALITÉ DE L’ESPACE PUBLIC
L’espace public est plus convivial. Plus apaisé. Plus tranquille.

• DIMINUTION DE LA POLLUTION SONORE
Une diminution de la vitesse de circulation de 50 à 30km/h permet une réduction sonore de 2 décibels en moyenne selon l’ADEME (Agence de la transition écologique). D’autres études, notamment suisses, parlent de baisse de 3,4dB ; on parle plus généralement de réduction de près de 3dB qui permet de diviser par deux les nuisances sonores.

CONTRE
Pourquoi changer notre environnement urbain qui a été pensé et fait depuis des décennies pour la voiture

La voiture reste prioritaire sur les autres usagers, qu’ils soient piétons ou deux roues ;

Le 30km/h est souvent présenté comme un moyen de lutter contre la pollution et le bruit. Alors que l’émission de dioxyde de carbone (CO2) et de dioxyde d’azote (NOx) est plus importante à 30 qu’à 50km/h. En fait, la pollution dépend davantage de la fréquence des variations de vitesse que de la vitesse moyenne. A 30km/h on conduit de manière plus anticipée et moins heurtée qu’à 50 !

Il y a une réelle et difficile acceptation de la limitation à 30 par les automobilistes, ceci étant dû en particulier à la conception des véhicules mal adaptés pour rouler à ces vitesses. Toutefois, avec l’arrivée des boites automatiques, des véhicules hybrides et électriques, l’acceptabilité augmente au cours du temps pour les usagers pratiquant ces zones.

On doit aller vite avec notre voiture qui facilite notre vie et qui fonctionne toujours comme un signe extérieur de richesse ; plus ma voiture est grosse et importante en taille (regardez la mode du SUV qui reste une aberration d’un point de vue économie d’énergies et pollution atmosphérique), plus je le manifeste aux autres. Plus j’ai un nombre important de voitures (une pour chaque membre de la famille !!!), plus j’ai un sentiment de toute puissance.

Si les zones 30 n’ont pas d’aménagements spécifiques en entrée et sortie, on aboutit comme à Zurich par exemple a une recrudescence des accidents.

Tout ceci a un coût
En moyenne l’aménagement d’une zone 30 au niveau de la commune coûte plusieurs millions d’€uros, en prenant en compte la mise en place des dispositifs d’entrée et de sortie de zone, et ceux ralentissant les véhicules.

Serge Replumaz

La Feuille Fidésienne # 2 s’envole

L’association SainteFoyAVENIR est très heureuse de vous proposer la lecture du deuxième numéro de La Feuille Fidésienne.

Au menu :

• L’édito : Qui sont les idéologues ? 

• Un article sur notre demande de passer l’ensemble de la commune en zone 30 km/h.

• Une interview de Fabien Bagnon, qui est le vice-président de la Métropole en charge de la voirie et des modes de déplacements doux (pour être plus précis : vice-président à la Métropole de Lyon délégué à la voirie et aux mobilités actives, ancien président de la ville à vélo et co-organisateur des marches climat en 2019).

• Le dessin de Patou.

Et plus encore…

Pour télécharger La Feuille Fidésienne #2 cliquez ici.

lff_02

Nous vous souhaitons autant de plaisir à lire ce nouveau numéro de La Feuille Fidésienne que nous en avons eu à le faire…

Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

Tribune libre de Mosaïque de juin 2020

Après une campagne électorale pleine de rebondissements, les élections des maires dans plusieurs grandes villes de France, dont la ville de Lyon, se sont achevées par de nombreuses victoires de l’écologie politique.

Pour la Métropole de Lyon, collectivité qui additionne compétences Grand Lyon et départementales, le nouvel exécutif écologiste de Bruno Bernard va devoir gérer, outre la crise climatique en cours, une crise économique et sociale.

Ce sera une tâche difficile pour tous les élus qui devront gérer deux crises aux temporalités différentes :

• Répondre à la crise sociale en maintenant les objectifs de transition énergétique, de réduction des gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables.

• Faire face à des dépenses conjoncturelles croissantes, sans négliger les investissements indispensables pour Continuer la lecture de Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

2020 – 2026 : des engagements fraternels et écologiques pour ce nouveau mandat

Tribune libre de Mosaïque — juin 2020

L’élection du 15 mars dernier en a décidé ainsi : nous revoilà élus appartenant, courageusement et dignement à la minorité municipale, aux côtés d’un groupe majoritaire, fortifié par son élection dès le 1er tour.

Élus et responsables, pour nos électeurs, grâce à qui nous avons défendu, et défendrons encore, un projet ambitieux de développement citoyen, écologique et solidaire de notre ville. 
Un projet pour l’avenir auquel nous croyons avec de nombreux jeunes de par le monde — dont certains nous ont réjouis en nous rejoignant — en ce début de XXIe siècle qui, décidément, n’a pas fini de nous mettre face à nos fragilités et nos vulnérabilités.

Car nous l’avons tous bien compris en ce moment de pandémie — dont nous ne savons quand nous sortirons — qui que nous soyons, nous y sommes confrontés et devons puiser en nous des
ressources infinies de patience, de créativité, de solidarité, d’amour, pour que ce monde tienne encore debout, avec nous.

Nous embarquons donc pour ce nouveau mandat municipal où nous comptons nous investir avec sincérité, dans des délibérations démocratiques pour faire des choix déterminants pour Continuer la lecture de 2020 – 2026 : des engagements fraternels et écologiques pour ce nouveau mandat

Conseil Municipal du 4 juin 2020 — Délégation de pouvoirs sur les dépenses engagées

Intervention de Serge Replumaz sur la délégation de pouvoirs art. L2122.22 du CGCT*

« On peut s’interroger sur la réalité des dépenses engagées entre le 19 décembre 2019 date du dernier Conseil Municipal et ce 4 juin 2020 (soit 168 jours) et que la délégation de pouvoirs ne fasse apparaitre que 8 lignes de dépenses, sans d’ailleurs indiquer les montants des dépenses effectives.

Prenons l’exemple des attributions de subventions aux associations ou il a fallu que nous réclamions le tableau de répartition pour avoir le montant total qui représente 1 177 920,50 € alors que l’an passé le montant a été de 1 194 000 € soit un montant des subventions de fonctionnement aux associations en baisse. Et qui plus est, j’ai en tête l’enveloppe du budget qui lui est à 1 250 000 € qui est voté systématiquement lors de la présentation annuelle du budget pour les subventions aux associations.

Alors bravo, madame le maire puisque votre première décision va à l’encontre de vos engagements qui était de maintenir le montant des subventions aux associations et vous avez pratiqué une baisse effective sur cette dépense et je reste totalement factuel.

Et là où c’est réellement scandaleux, Continuer la lecture de Conseil Municipal du 4 juin 2020 — Délégation de pouvoirs sur les dépenses engagées

Premier conseil municipal : installation de l’exécutif

Mardi 26 mai 2020 à 19 h, salle l’Ellipse, dans le respect des mesures sanitaires, en vigueur compte tenu de l’état d’urgence sanitaire dans lequel est placé notre pays jusqu’au 10 juillet 2020, installation du nouveau conseil municipal.

Premier conseil municipal le 26 mai 2020, salle de l'Ellipse.
Premier conseil municipal le 26 mai 2020, salle de l’Ellipse.

C’est donc dans la salle de l’Ellipse aménagée en conséquence, que s’est déroulée hier l’élection, par le conseil municipal, du maire de Sainte-Foy-lès-Lyon pour la période 2020-26.
Vous lirez, ci-dessous, les interventions de Mme Yvette Lathuilière et de M. Serge Replumaz pour le groupe municipal d’opposition SainteFoyAVENIR, citoyenneté, écologie, solidarité.

L’évènement d’hier soir était moins la réélection acquise du maire sortant, mme Sarselli — réélu dans un contexte si particulier en raison de la crise du Covid-19 — que nos interventions audacieuses en regard du mutisme de son équipe. 
Bien sûr, aucun débat ne pouvait s’enclencher dans ce contexte où il nous a fallu demander fermement le droit de prendre la parole qui Continuer la lecture de Premier conseil municipal : installation de l’exécutif

Le masque maison : tuto de fabrication

Restez chez vous bien sûr… Mais si vous devez sortir, et bien sortez couverts !

Le masque fait maison

Le masque fait maison.

Notre élu, Serge Replumaz, a testé le masque qu’un urgentiste a fabriqué lui-même et qui offre un bon niveau de protection. 

En voici le tutoriel

Communiqué de presse post-électoral par Yvette Lathuilière

Chères Fidésiennes,
Chers Fidésiens,

Au nom de tous les colistiers de SainteFoyAVENIR et au lendemain du scrutin électoral du premier tour des municipales de ce 15 mars 2020, je tiens à exprimer ma fierté et ma joie d’avoir conduit cette équipe d’hommes et de femmes engagés, au sein de leur quartier, au cœur de notre commune. 

Je tiens, aussi, à remercier vivement les 1 506 électeurs fidésiens — près d’un quart des suffrages exprimés — qui, en choisissant de porter leur suffrage sur notre programme SainteFoyAVENIR, ont porté haut les couleurs de la citoyenneté, de l’écologie et de la solidarité dans notre belle ville de Sainte-Foy-Lès-Lyon. Ce résultat représente la deuxième force politique de ce scrutin, sans équivoque, dans 17 des 19 bureaux de vote de la commune. 

Il montre pour SainteFoyAVENIR la progression du vote écologiste à Sainte-Foy-lès-Lyon et atteste assurément que nous devons aujourd’hui prendre en compte l’urgence climatique dans le cadre de nos décisions municipales. Ce que j’aurais à cœur de manifester aux côtés de Serge Replumaz, Faïza Mihoubi et Olivier Coupiac,

élus du futur conseil municipal.

Toutefois, l’abstention de 57,42 % des électeurs qui n’ont pas souhaité se rendre aux urnes, du fait notamment de la pandémie que nous vivons ces jours avec le Covid-19, ne reflète pas la réalité des votes sur notre commune et fausse probablement le résultat actuel et la majorité qui se dégage aujourd’hui autour de la Maire sortante.

Je tiens ici à redire que la promotion de la santé (physique, mentale et sociale) est une priorité dont nous devons collectivement prendre la mesure ; en lien avec les conditions dans lesquelles nous vivons, en lien avec la préservation de notre environnement. C’est cela qui doit nous préoccuper, nous mobiliser tous et toutes. 

Nous voyons bien en ces jours de confinement pour ne pas propager le virus, combien nous sommes attachés à prendre soin de nous — mêmes, et des autres ; combien il nous faut être responsables et solidaires des plus fragiles et isolés ! Cette épreuve promet de nous apprendre à vivre autrement ; gageons que ce sera avec plus de fraternité. 

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »
Martin Luther King.

Nous en sommes convaincus, les six années à venir seront déterminantes pour permettre l’avenir à Sainte-Foy-lès-Lyon, comme ailleurs. Nous pouvons constater que les résultats du premier tour à Lyon, et au niveau de la Métropole, montrent combien l’enjeu écologique mobilise les habitants. Il s’agit de construire une Métropole plus respirable, plus sobre, plus verdoyante, plus solidaire. 
Le deuxième tour, reporté au 21 juin, est un objectif essentiel, dans cette perspective.

Pour finir, je veux m’adresser à l’équipe de la Maire sortante,

« — Vous avez gagné, bravo !

— Vous avez fini, au fil de votre longue campagne, par parler d’environnement. Vous avez même retenu plusieurs de nos propositions (« Adapter les bâtiments municipaux et les écoles au changement climatique. 50 % de bio et de local dans les cantines. Créer des îlots de verdure et des points d’eau sur les places des quartiers et dans les cours des écoles. Plan vélo citoyen. »).
Nous saurons y travailler activement — comptez sur nous — nous ne nous déroberons pas à nos engagements et nous mettrons notre expertise sur ces questions de développement durable au service de nos concitoyens. 

— Nous saurons aussi, avec tous les Fidésien.ne.s qui nous ont rejoints, vous rappeler que nous sommes la seule équipe qui s’oppose à la réalisation de la nouvelle autoroute de l’Ouest — Anneau des sciences — qui augmentera le trafic routier sur la commune, dégradera la qualité de l’air à partir de l’échangeur de Beaunant ; ailleurs, fera encore disparaître des espaces naturels et agricoles, polluera gravement l’air à proximité d’écoles et d’hôpitaux. 

— Nous, nous optons pour une commune de plus en plus respirable avec des circulations internes apaisées et des voies périphériques dédiées aux transports collectifs (tram-train, télécabine, bus propres) plus respectueux de notre santé et de notre environnement.
Nous optons pour une commune qui n’artificialisera pas les espaces végétalisés et choisira d’aménager des espaces publics agréables, accueillants et sécurisés pour tous et toutes.

— Une commune qui privilégiera les investissements pour supprimer toutes les passoires thermiques communales — logements collectifs sociaux et privés, et maisons individuelles. 
Une commune qui optera pour une alimentation collective saine et durable, sans plastiques.
Une commune qui s’inscrira dans l’objectif du zéro déchet.

— Vous nous trouverez sur tous ces sujets, avec des propositions, et une opposition constructive, pour aller dans le sens de la transition environnementale, sociale et démocratique utile pour l’avenir. »

Bien sincèrement, 

Yvette Lathuilière

saintefoyavenir@gmail.com
saintefoyavenir​.org

Avec SainteFoyAVENIR, la sécurité s’entend au sens large.

La sécurité des personnes passe par la sécurité environnementale, sanitaire, alimentaire, routière et des biens.

La sécurité environnementale — proximité de voies de circulation, de lieux d’émissions de polluants, etc. —, sanitaire — qualité de l’eau, de l’air, des sols, etc. —, alimentaire — essentielle : qualité et proximité des approvisionnements —, et routière — partage des voiries, circulation apaisée, diminution de la place de la voiture.

La qualité de l’air, ce que l’on mange et boit, la sécurité de nos déplacements doivent être garantis au sein de la commune.

Yvette Lathuilière, élue maire, prendra des mesures, et au besoin, des arrêtés pour le Zéro Phyto, l’objectif d’une alimentation de qualité — bio et locale dans la restauration collective — et la sécurité routière.

Celle-ci demandera des aménagements et des actions spécifiques : multiplication des zones de rencontres à 20 km/h dans tous les quartiers avec priorité aux piétons, puis aux cycles et en dernier à la voiture. Tous les abords des écoles et les cœurs de quartier doivent être sécurisés par des zones de rencontres. Les déplacements doux doivent être systématiquement privilégiés et sécurisés.

La sécurité des personnes et des biens demande des actions spécifiques.

Sainte-Foy-lès-Lyon reste une ville sûre, la délinquance a un des taux les plus bas de la métropole, depuis de nombreuses années. Par contre des gênes et des trafics existent dans des quartiers de la commune.

Comme d’autres villes de la première couronne lyonnaise, notre vile attire des cambrioleurs. Pour répondre à cet état de fait, nous proposons plusieurs choses qui permettent d’impliquer et de prendre en compte les problématiques concrètes :

Des promenades sécurités à divers moments de la journée et en soirée, avec des élus, des habitants, des membres des CIL, la Police municipale pour rentrer en contact avec les personnes qui génèrent du bruit, suscitent des sentiments d’insécurité, génèrent parfois des tensions.

À partir de ces prises de contact, de cet état des lieux, établir un programme d’apaisement avec des réponses individuelles (insertion professionnelle, loisirs, initiatives…) et collectives : baisse du bruit, projets pour le quartier, aménagements nécessaires.. 

Maintenir les promenades sécurité, en même temps que le programme d’apaisement.

Des aménagements de l’espace public pour que les femmes y aient leur place, à partir de marche exploratoire, suivie de débat avec des femmes, dans différents quartiers.

Un bilan de la vidéo surveillance pour évaluer sa pertinence, sa réelle efficacité.

Prévention et vigilance par rapport aux cambriolages, une information sur les modes d’intrusion et la vigilance pour les signaler, réduire leur fréquence.

Consulter, impliquer, participer…

L’action municipale a toute sa pertinence parce qu’elle intervient dans la proximité.

Autant pour les projets locaux que pour rester attentive aux demandes, projets des associations, des acteurs économiques et des habitants, la municipalité doit systématiser la concertation, la participation citoyenne.

Pour SainteFoyAVENIR il ne s’agit pas seulement d’être élu pour six ans et de dérouler ce que l’on veut faire, comme l’équipe sortante.

Il s’agit de concerter les habitants, associations impliquées par les aménagements publics, l’organisation des services municipaux. Il s’agit d’intégrer les préoccupations, besoins avec les citoyens directement concernés.

Deux exemples avec la restauration scolaire et les aménagements piétons et cyclables Continuer la lecture de Consulter, impliquer, participer…